Marlene Creates : Lieux, sentiers et pauses

Marlene Creates, extrait (2014) de Mélèze, épinette, sapin, bouleau, main, chemin Blast Hole Pond, Terre Neuve 2007 (en cours). Photographie noir et blanc, épreuve argentique, 27cm x 39cm; encadrée 51cm x 61cm. Image gracieuseté de l’artiste.

23 Septembre - 21 Janvier, 2018    |    Regular Exhibition    |    Cost:

Marlene Creates

Cette exposition rétrospective itinérante accompagnée d’une publication présente les œuvres de Marlene Creates, artiste et poète environnementaliste basée à Terre-Neuve. Le tout offre aux regardants une expérience complète et immersive sur près de quatre décennies de ses activités uniques.

Tout au long de sa carrière, Creates a abordé avec doigté la relation entre l’expérience humaine et le monde naturel, en choisissant un parcours qui privilégie l’action plutôt que l’artéfact, le moment plutôt que le monument. Dès ses premières œuvres qui consignaient ses actions éphémères sur la terre jusqu’à ses explorations plus tardives en poésie in situ dans la forêt boréale et en photographie en tant que discipline active — où l’eau qui déferle sur la lentille transforme l’image de l’artiste même, par exemple — Creates nous mène avec une conscience environnementale et culturelle vers une compréhension plus approfondie du monde naturel et des « places » qu’on y occupe.

Bien que l’environnement naturel — la terre — fasse depuis longtemps partie des thèmes centraux de l’art canadien, l’œuvre de Creates occupe une place unique dans ce genre artistique. Dès ses premiers gestes éphémères sur la terre, et jusqu’à ses toutes dernières immersions dans la forêt boréale qui entoure sa demeure, les projets de Creates explorent, pour reprendre ses propos, « l’idée de la place, non pas en tant que lieu géographique, mais plutôt comme procédé qui inclut la mémoire, de multiples récits, l’écologie, la langue et des connaissances scientifiques et vernaculaires. » La photographie est un élément central de sa pratique tant pour sa capacité documentaire (comme dans les séries précoces Papier, pierres et eau de 1975 à 1985), que pour son utilité dans le développement des idées que nous nous faisons de la terre. Parmi ses activités artistiques diverses, l’on compte l’assemblage en techniques mixtes, la vidéo, les œuvres sonores et, plus récemment, les performances multidisciplinaires dans la forêt boréale.

Depuis la fin des années 1970, les œuvres de Marlene Creates ont été présentées dans plus de 350 expositions solos, expositions de groupe et visionnements dans tous les territoires et provinces du Canada, ainsi qu’en Europe du nord-ouest, en Chine, au Japon et aux États-Unis. Cette exposition rétrospective a été organisée afin d’offrir un aperçu détaillé et une évaluation critique de sa pratique multidimensionnelle. En dépit de l’échelle et de l’envergure de la longue pratique de Creates, son œuvre est bien moins connue des Canadiens qu’elle ne devrait l’être. Cette exposition offre l’occasion rare d’explorer toute la palette de ses créations et de situer son œuvre dans des contextes critiques, culturels et écologiques plus vastes.

L’exposition commence sa tournée à la Galerie d’art Beaverbrook en septembre 2017, puis se dirige à la Galerie d’art Dalhousie à Halifax (de février à mai 2018), à la Galerie d’art du Centre de la Confédération à l’Île-du-Prince-Édouard (à l’été 2018) et à la Galerie d’art de l’Université Carleton d’Ottawa (à l’été 2019). La tournée s’arrêtera enfin en octobre 2019 à la galerie provinciale The Rooms à Saint John’s de Terre-Neuve, la province natale de l’artiste.

Commissaires : Susan Gibson Garvey (commissaire indépendante et ancienne directrice et conservatrice de la Galerie d’art Dalhousie) et Andrea Kunard (conservatrice associée en photographie au Musée des beaux-arts du Canada).

Cette exposition est organisée par la Galerie d’art Beaverbrook à Fredericton, en partenariat avec la Galerie d’art Dalhousie d’Halifax, avec l’appui du Programme d’aide aux musées (PAM) du ministère du Patrimoine Canadien, du Conseil des arts du Canada, du Fonds de dotation Harriet Irving, du Programme d’artiste en résidence de la Banque Scotia, du gouvernement du Nouveau-Brunswick et de la Ville de Fredericton.