Le guide du voyageur de Galerie : Episode no.4

Beaverbrook Art Gallery19 Janvier, 20180 Commentaires

Le guide du voyageur de Galerie : Episode no.4

 

Il arrive souvent que les gens adorent ou détestent l’art abstrait — ou ils ne savent pas qu’en penser! La Galerie d’art Beaverbrook présente actuellement une exposition rétrospective de l’un des artistes abstraits les plus inventifs et influents du xxe siècle, Oscar Cahén, et c’est l’occasion idéale de s’exercer à voir le monde d’une nouvelle manière.

Stratégie no 0 : Ne paniquez pas! Les galeries d’art et les musées sont des endroits conçus pour vous divertir. Il n’y a pas qu’une seule façon de vivre une expérience artistique; commencez par vous promener dans les lieux pour voir ce qui attire votre regard!

Stratégie no 1 : l’étude des techniques. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Stratégie no 2 : l’influence et l’inspiration. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Stratégie no 3 : l’immersion dans l’imagerie. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Stratégie no 4 : les éléments de l’art

On considère qu’il y a sept éléments à la base des arts visuels. Lorsque vous visitez une galerie et que vous ne savez que penser d’une œuvre — ce qui arrive souvent avec l’art abstrait — une stratégie visant à évaluer des éléments précis pourrait vous aider à comprendre ce que vous voyez.

Les sept éléments sont les suivants : la ligne, la figure, la forme, l’espace, la couleur, la texture et la valeur.

Les lignes sont simplement des lignes. Prenez le temps de regarder la largeur, la direction et la longueur des lignes qu’a utilisées l’artiste dans une œuvre, et de chercher à voir ce que ce dernier voulait faire. Les figures et les formes sont les éléments que les lignes créent.

Dans Sans titre (1953), par exemple, on voit qu’Oscar Cahén se sert de lignes dans trois différentes sections de la toile afin de créer trois espaces distincts. De gauche à droite, on voit des lignes verticales bleues et orange à gauche. Trois lignes roses horizontales au milieu créent une image différente et attirent notre regard vers les trois lignes noires verticales à l’extrême droite de l’œuvre. Dans ce cas-ci, les lignes sont droites et courtes. Mais si ces lignes étaient reliées, comme c’est le cas au milieu, elles composeraient une forme. Ici, Cahén s’est servi de deux lignes pour presque créer un cercle (figure), mais elle semble encore être bidimensionnelle (forme).

La couleur, la texture et la valeur sont des éléments qui se rapportent à l’apparence ou à l’ambiance de l’œuvre. Quelles couleurs se trouvent dans l’œuvre? Est-ce que certaines couleurs sont utilisées ensemble ou superposées et quel effet est-ce que cela peut avoir sur votre œil? La valeur représente l’intensité des couleurs : sont-elles estompées ou intenses, claires ou sombres? Et la texture modifie la matière à la vue et au toucher (sentiment lisse, bosselé, etc.).

Trophée (1954) est un excellent exemple de l’utilisation de la couleur chez Cahén. L’œuvre ne contient presque pas de noir ni de blanc, souvent utilisés en art abstrait à l’époque. Le rose, l’orange, le violet et le bleu brillants et audacieux font de cette toile l’une des plus attrayantes de l’exposition Oscar Cahén

Enfin, l’espace réunit tous les autres éléments dans une pièce, c’est-à-dire que c’est le choix de l’artiste de disposer certains éléments et certaines couleurs pour des raisons précises ou des intentions particulières. Quelles parties de l’œuvre contiennent-elles quelque chose (espace positif), et quelles parties sont laissées vides (espace négatif)? On peut examiner toute toile de cette façon très fondamentale, mais cela peut être particulièrement utile pour les œuvres abstraites, car elles ne sont pas toujours claires dès le départ.

Les titres des œuvres abstraites peuvent parfois suggérer ce à quoi l’artiste pensait en les créant. Christina Thomson, éducatrice artistique, suggère le regardant de suivre cette approche en observant les pièces de Cahén : « Que voyez-vous dans la toile Nature morte (1953)? Voyez-vous un poing dans Trophée (1954)? Qu’est-ce qui se brasse de façon si sympathique dans Traumoeba (1956)? Maintes interprétations sont possibles. »

L’art abstrait se prête à plusieurs interprétations différentes, ce qui le distingue des autres genres d’art que nous avons vus jusqu’ici dans cette série. Lorsque vous regardez les pièces abstraites de Cahén pour la première fois, il peut être facile de les croiser sans trop les comprendre. En regardant les éléments qui sont entrés dans la création, cependant, vous pourriez apprécier les pièces d’une tout autre façon. Thomson vous incite à vous poser des questions : « Qu’est-ce qui stimule vos sens? Qu’est-ce qui vous rappelle des expériences et vous amène à créer des liens pour rendre une œuvre d’art importante à vos yeux? Je sais qu’une peinture me captive quand je commence à m’imaginer son processus de création. Je sens la vitesse et le rythme des coups de pinceau et la pression de la peinture qui s’étend sur la toile, qui s’étale et qui s’imbibe dans le papier, qui glisse sur le bois. »

Lors de votre prochaine visite, regardez certaines des œuvres abstraites en montre, celles d’Oscar Cahén, par exemple, ou celles de Jean-Paul Riopelle. Comparez les éléments de l’art, passez quelques minutes à imaginer ce que ça a pris pour créer chaque pièce, et voyez concrètement de quelle façon chacun de ces éléments vous attire.

Galerie de photos

Commentaires
Laisser un commentaire