Ce mois-ci, deux collègues, deux amis seront réunis à la Galerie d’art Beaverbrook.

Beaverbrook Art Gallery10 Novembre, 20140 Commentaires

Fredericton, N. B., le 10 novembre, 2014 – Pour le lancement de la deuxième partie de sa saison d’automne, la Galerie d’art Beaverbrook lance de nouvelles expositions le 20 novembre. Le public est cordialement invité à assister au vernissage à la Galerie d’art Beaverbrook, le jeudi 20 novembre 2014 à 17 h. Ces expositions présentent deux forces créatrices : l’artiste Bruno Bobak et l’architecte Ron Thom.

Collègues et amis, tous deux ont transcendé la concentration sur une seule discipline et se sont lancés dans bien d’autres médiums, de la peinture à l’estampe et de la poterie et jusqu’au design. Ils étaient tous deux des forces motrices du mouvement culturel de l’époque à Vancouver. Ils partageaient aussi un intérêt pour tout ce qui est organique et naturel, en réponse à la direction industrielle que prenait le monde de l’après-guerre.

En 1947, Bruno et Molly Bobak se sont rendus dans l’Ouest après la guerre pour recommencer à neuf et pour entamer leur carrière. Comme artiste et comme éducateur à l’École d’art de Vancouver, Bruno Bobak s’est trouvé au centre du mouvement émergent des arts et du design canadien. De nature moderne : Bruno Bobak à Vancouver (1947-1960) explore cette période dans l’histoire de l’art et de la carrière de Bobak. « Les années 1950 ont été incroyablement productives pour Bruno Bobak, affirme le conservateur John Leroux. Ne se laissant pas limiter par des titres comme peintre et graveur, il explore aussi bien des disciplines artistiques, tels les métiers d’art, la joaillerie, la poterie et l’architecture; disciplines dans lesquelles il connaît inévitablement du succès. Peu importe ce qu’il entreprend, il lie une rigueur artistique à un vif sens de l’intégrité matérielle, à de riches couleurs et souvent, pour bien faire, à une parcelle de folie. » C’est à cette époque que la carrière de Bobak prend son envol et que l’on commence à le célébrer; ses œuvres font partie d’expositions internationales et se retrouvent dans la collection du Musée des beaux-arts du Canada.

Selon le directeur général et conservateur en chef de la Galerie d’art Beaverbrook, Terry Graff, l’inspiration pour cette exposition est née d’un don d’œuvres de la succession de Bobak, après sa mort en 2012. « Bon nombre de ces œuvres révèlent un côté moins connu, quoique bien important, de l’histoire de Bobak. Au nombre de ces œuvres, l’on compte des exemples impressionnants d’une période particulièrement productive de sa carrière, à l’époque où lui et son épouse, Molly Lamb Bobak, faisaient partie intégrante de la vivante communauté des arts et du design de Vancouver. » L’époque choisie pour cette exposition, les années de Vancouver, établissait un lien logique avec une exposition portant sur Ron Thom, placée au calendrier, par un heureux hasard, pour les mêmes dates.
L’architecte Ron Thom travaillait dans un domaine différent, mais avec une philosophie semblable à celle de Bobak. Selon Thom, l’architecture est un art en soi, et elle est liée à toutes les autres disciplines artistiques. Il se distingue aussi de l’influence industrielle. « Plutôt que d’adopter le modernisme froid du style international, affirme Adele Weder, conservatrice de l’exposition, Thom s’inspirait de son amour pour la nature et pour l’art afin de créer des endroits intimes, organiques et chaleureux. Comme Frank Lloyd Wright, Thom croyait en une création qui ne servait pas qu’à satisfaire le client, mais à un gesamkunstwerk, une œuvre d’art complète, de l’aménagement paysager à l’espace intérieur et aux meubles jusqu’à la céramique. C’était cet éthos qui menait Thom à munir son architecture d’une intensité poétique. » Son œuvre en design devient partie intégrante de l’identité architecturale canadienne.

Ron Thom et les arts connexes présente des œuvres d’une période clé de la carrière de Thom, de 1947 à 1972, avec un accent sur ses chefs d’œuvres les plus importants, les maisons de la côte ouest, le Collège Massey et l’Université Trent, et sur les arts connexes qui ont influencé leurs concepts. L’exposition présente des composantes variées, des croquis et dessins aux peintures, meubles et œuvres de métiers d’art conçues ou commandées par Thom, présentant un survol des œuvres et de la vision de cette figure de proue de l’architecture canadienne.

Ces deux expositions s’ajoutent à trois autres qui sont déjà en montre : Lucy Jarvis : Même les pierres ont de la vie; Surveillance studio : Artistes de la relève : Peinture : Andrea Brewer; et Dialogues imaginés qui se poursuivent toutes jusqu’au 11 janvier 2015. De nature moderne : Bruno Bobak à Vancouver (1947-1960) et Ron Thom et les arts connexes seront en montre jusqu’au 1er mars 2015. Les expositions sont appuyées par donateurs, notamment le gouvernement du Nouveau Brunswick et la ville de Fredericton.

Pour plus d’informations, veuillez contacter : 
Jeremy Elder-Jubelin
Directeur des communications et des services aux visiteurs
Tél. : (506) 458-2039
Courriel : visitorservices@beaverbrookartgallery.org

The Beaverbrook Art Gallery enriches life through art.
La Galerie d’art Beaverbrook enrichit la vie par l’art.

Commentaires
Laisser un commentaire