Bonne Journée internationale des femmes!

Beaverbrook Art Gallery8 Mars, 20180 Commentaires

On ne se le cache pas, les femmes artistes et leur travail ont traditionnellement été sous-représentés dans le monde des arts. Pour la Journée internationale des femmes cette année, nous avons demandé à l’artiste Danielle Hogan de nous faire part de ses idées sur le sujet. Hogan était notre artiste en résidence en janvier, et a organisé l’exposition ATTENTION, actuellement en montre dans la Galerie. Dans son travail de commissaire et d’artiste, Hogan explore les expériences des femmes et leur création artistique.

Au cours de sa résidence à la Galerie d’art Beaverbrook, Hogan a partagé ses propres créations artistiques avec les visiteurs; elle a exploré le « travail des femmes », la représentation des sexes et la culture, et elle a monté une exposition d’œuvres de femmes artistes tirées de la collection permanente de la Galerie.
À titre de commissaire de cette exposition, Hogan souhaite célébrer, plutôt que critiquer, tout en attirant l’attention sur les perspectives uniques des œuvres et la sous-représentation des femmes artistes dans les collections en général. « On doit pouvoir aborder le sujet et y déceler les manquements. En choisissant des œuvres créées par des artistes qui s’identifient comme femmes, je mets l’accent sur des perspectives qui ne sont probablement pas vues assez souvent », dit-elle.

Sans vouloir présenter une seule perspective féminine, ATTENTION vise à cibler les manquements dans les récits existants en art et en histoire de l’art. « C’est tout simplement un fait : il s’agit de contributions importantes à des conversations qui n’ont pas encore été entendues étant donné les systèmes patriarcaux qui dominent le monde des arts, comme tous les domaines », soutient Hogan. En parlant de ce « récit dominant », Hogan affirme que ces « récits simplistes et généralisés ne rendent service à personne. En ajoutant des voix et des perspectives, on complique le récit dominant, c’est-à-dire qu’on le complexifie. Et la complexité c’est la réalité ».

« C’est la Journée internationale des femmes, dit Hogan, faisons-en un moment décisif plutôt qu’une simple reconnaissance symbolique. Nous ne pouvons nous permettre de laisser des gens derrière dans notre parcours vers l’égalité : les femmes, les filles, les gens trans de toutes les expressions sexuelles. La vraie égalité ne peut être atteinte que lorsqu’elle est complète, et pour ce faire, nous devons tendre la main à ceux qui sont les plus loin derrière. Dès aujourd’hui, prenez parole, faites de l’art, lisez, écrivez aux représentants élus, agissez avec gentillesse, soyez inclusif, tassez-vous. Selon Angela Davis, activiste des droits de l’être humain et professeure en philosophie, “les murs mis sur le côté sont des ponts”. Alors, allons-y; je vous rejoindrai tout au bout du pont. »

Alors que nous célébrons la Journée internationale des femmes, mettons l’accent sur les artistes qui sont souvent omis des récits, des histoires et des expositions. Quelle est votre œuvre préférée créée par une femme artiste? Quelles perspectives uniques avez-vous pu voir à la Galerie?

--

Danielle Hogan est la directrice fondatrice de la Galerie d’art gynécocratique, et elle a été artiste en résidence à la Galerie d’art Beaverbrook. Elle se décrit comme une artiste interdisciplinaire, auteure, commissaire et chercheure axée sur la pratique, et détient un doctorat de l’Université du Nouveau-Brunswick. Elle vit à Fredericton, une ville située sur un territoire jamais cédé des peuples wolastoqiyik et mi’gmaq. « Dans mon travail, je m’inspire énormément des réseaux de soins au sein des communautés de femmes et entre elles — du “travail des femmes” — et, en tant qu’artiste, de tout ce qui se rapporte aux textiles. Je suis aussi stimulée par l’esprit d’épargne et le tricot », ajoute-t-elle.

Commentaires
Laisser un commentaire